Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Grande Fugue

26 avril 2016: Porto

25 Avril 2016 , Rédigé par la-grande-fugue

26 avril 2016: Porto

Porto est définitivement l'une de ces villes que j'aime beaucoup.

J'aime pouvoir me rendre pratiquement partout à pied, pouvoir errer dans les rues et me laisser surprendre par de jolies découvertes à chaque coin de rue. C'est non seulement joli, mais c'est aussi une ville où je ne me sens pas proie aux mauvaises intentions des gens locaux. Les gens sont accueillants, les marchants sont sympathiques, et les rues sont sécuritaires. J'y reconnais un peu le feeling des villes comme Cluj Napoca (Roumanie), Luxembourg, ou la majorité des villes allemandes que j'ai visitées (Berlin, Hamburg, Munich, etc.).

Oui, j'ai un peu de peine de quitter les lieux demain, mais ma prochaine destination, Viana do Castelo, s'annonce tout aussi charmante. Je risque toutefois d'avoir moins de temps pour visiter rendu là, avec la conférence qui débute déjà demain soir. La partie "vacances" du voyage achève, et la partie "voyage d'affaires" commence.

Mais en attendant, j'ai encore toute la matinée demain et une partie de l'après-midi pour profiter de Porto.

---

Lundi a été une longue journée de marche. Je suis surprise d'avoir eu assez d'énergie pour passer au travers, le lendemain de mon arrivée, mais il faut dire que mon manque de sommeil pendant le voyagement m'aura au moins permis d'avoir une très bonne première nuit de sommeil en terre portugaise. Comme ça, je n'ai pas trop ressenti le décalage horaire.

J'ai commencé ma journée à 10h45, avec une visite guidée à pied gratuite. Ce genre de visite est typiquement disponible dans toutes les grandes villes européennes (et même sur d'autres continents, j'en ai faites à Lima et à Cusco au Pérou). J'aime toujours commencer par ça, ça permet de découvrir les endroits intéressants et de se former un itinéraire pour le reste du séjour. C'est un peu pour ça que j'arrive typiquement dans un nouvel endroit sans avoir vraiment fait de recherches auparavant. Je laisse les guides locaux me faire découvrir la ville.

La visite a duré environ 2 heures et 50 minutes, puis on m'a appris que la visite qu'ils annonçaient pour 15h30 n'était pas une simple répétition de cette même visite, mais plutôt une autre visite entièrement, pour voir la deuxième moité de la ville. Puisque j'étais déjà dans le rythme, je me suis dit "pourquoi pas"! Je suis donc allée dîner rapidement dans un petit restaurant recommandé par le guide (Bragança), et je suis retournée au point de départ de la visite (Praça Liberdade) afin d'embarquer dans la 2e visite de la journée.

(Après le repas, je me suis pris un petit café pour la route. Et quand je dis "petit", c'est pas une façon de parler. C'est servi dans une tasse tellement petite, tu le sais que ça va fesser fort. La pochette de sucre qu'ils te servent avec est pratiquement aussi grosse que la tasse. Et elle n'est jamais gaspillée, parce que c'est du concentré en 'tit péché, cette tasse de café! J'ai été en forme tout l'après-midi après ça!)

Il ne semble pas très populaire de faire les deux visites dans la même journée, car nous n'étions que 2 de la visite du matin à être de retour pour celle de l'après-midi. L'autre courageux était Irfan, un homme turque dans la quarantaine, aussi dans le coin pour un voyage d'affaires. Je me souvenais de lui parce qu'un de mes étudiants en francisation avait le même nom, la session dernière.

Nous n'étions pas que 2 pour la visite, par contre. De nouveaux visages qui n'étaient pas là le matin se sont joints à nous. Quelques Américains, deux Australiens, deux Néerlandais et un autre Canadien. Ce dernier, d'ailleurs, venait de Toronto. Je me suis empressée de lui dire que j'allais déménager là bientôt, moi aussi. Ça fait un an qu'il voyage autour du monde, mais il rentre à la maison dans quelques semaines. Une drôle de coïncidence, dans un sens.

Une chose que j'ai découverte lors de ces visites est que J.K. Rowling a déjà habité à Porto, et qu'elle aurait même commencé l'écriture de la série Harry Potter en ces lieux. J'ai pu voir, dans le courant de la journée, le café où elle allait souvent pour écrire, la ruelle qui a inspiré Diagon Alley, les uniformes universitaires qui ont inspiré les uniformes de Hogwarts (j'aurais pensé que c'étaient des fans de Harry Potter finis, qui se promenaient avec leurs capes partout, mais il paraît que non, c'est un vrai uniforme, autrefois obligatoire pour empêcher de différencier entre les étudiants pauvres et les étudiants riches, mais aujourd'hui porté par choix, car il continue de représenter un certain prestige associé avec les études).

À la visite du matin, ils nous ont aussi fait goûter à un gâteau au chocolat. Une oeuvre d'art, tombée du ciel! La pâtisserie qui l'a fait n'a pas de permis pour vendre au public, ils ne vendent qu'auprès de restaurants et autres compagnies, mais la compagnie qui gère les visites guidées a réussi à obtenir une entente avec eux pour que les participants puissent s'acheter un morceau. Je n'ai jamais goûté à un gâteau si moelleux. C'était juste assez sucré, juste assez chocolaté. Après, au lieu de me sentir lourde et balloune, je me sentais comme sur un nuage. Le bonheur servi sur une napkin, quoi.

Après la visite, je suis retournée au restaurant Bragança, cette fois accompagnée d'Irfan (Turquie), Janvier (Canada), Sam et Sarah (Australie). Nous voulions simplement souper pour pas cher, mais nous nous sommes retrouvés à commander des boissons et discuter de nos voyages respectifs. En un rien de temps, il était déjà 23h! C'est rare que ça clique aussi facilement avec des inconnus, mais ça a été une très belle soirée. On s'est tous ajoutés sur Facebook avant de rentrer à nos auberges respectives.

D'ailleurs, voyant qu'on semblait marcher dans la même direction depuis quelques minutes déjà, Janvier et moi avons réalisé que nous restions à la même auberge. Et parce que c'était pas une assez drôle de coïncidence comme ça, il s'est avéré que nous étions dans le même dortoir! De toutes les auberges en ville, quelles étaient les chances...

Il paraît que, en un an de vagabondage dans le monde, ce n'était pas la première fois que ce genre de situation lui arrivait. Le monde est définitivement plus petit qu'on le pense.

---

(Pour ceux qui se régalent de mes histoires d'essais culinaires flyés, j'ai mangé ce soir-là un plat de "tripas". C'est pas une coïncidence, le nom: c'est vraiment des tripes. Ça goûtait pas grand chose à part ce qui venait avec: des bines, de la sauce, du gras.

Je sais, je sais, je me ramollis, c'est pas aussi fascinant que l'araignée de Taïwan ou les termites du Pérou. Je ferai mieux la prochaine fois, c'est promis.)

---

J'ai réussi à m'extirper du lit vers 10h. J'étais l'une des dernières levées dans le dortoir. En 15 minutes, j'étais habillée et prête pour la journée. (J'ai eu droit au regard ébahi de Janvier, qui m'avait vue ronfler 20 minutes plus tôt, lorsqu'il était sorti du dortoir pour aller déjeuner à l'étage. Je crois qu'il était levé depuis une bonne heure et demie. Pft. Amateur.)

(Bon, il était pas mal mieux peigné que moi, je dois dire. Mais c'est pour ça que les foulards dans les cheveux, c'est ma marque de commerce en voyage. Pas le temps de niaiser!)

La veille, l'un des guides avait montré une librairie qui est non seulement reconnue pour être l'une des plus belles d'Europe, mais qui aurait aussi servi d'inspiration pour certains décors du monde d'Harry Potter. Je voulais aller la visiter, avant d'aller dîner, puis d'aller participer à mon "Wine Tour" de l'après-midi. Je me suis ramassé une pâtisserie et un café en passant, et j'ai fait mon chemin jusqu'à la librairie (en me perdant une ou deux fois en chemin, mais c'est pas grave, ça fait partie de l'expérience).

Cette librairie est spéciale: c'est la seule librairie où il faut payer pour entrer. Cette mesure a été instaurée lorsque la librairie est devenue célèbre. Les touristes s'entassaient à l'intérieur pour la visiter, mais n'achetaient rien. Pendant ce temps, les vrais acheteurs allaient magasiner ailleurs, car avec tous ces touristes, c'était invivable. Maintenant, on paie 3 euros à l'entrée, qui peut être déduit sur un achat de livre s'il y a lieu. Comme ça, les acheteurs ne paient pas plus que ce qu'ils auraient payé pour les livres achetés, et les touristes paient 3 euros pour visiter un monument historique.

26 avril 2016: Porto

Malheureusement, il y avait beaucoup de constructions, on ne pouvait pas tout bien voir, mais c'était quand même très joli. L'escalier est assez impressionnant. On dit qu'ils auraient inspiré les escaliers mobiles de Hogwarts, par le fait que leurs courbes offrent une illusion de mouvement.

26 avril 2016: Porto

Tant qu'à avoir payé 3 euros, je me suis dit que je ferais aussi bien de m'acheter un livre. J'ai trouvé un livre de Jane Austen à 7 euros, qui m'est donc revenu à 4 euros après déduction du prix d'entrée.

Quelques intéressantes découvertes dans la librairie: Une version shakespearienne de Stars Wars, et des versions manga des pièces de Shakespeare.
Quelques intéressantes découvertes dans la librairie: Une version shakespearienne de Stars Wars, et des versions manga des pièces de Shakespeare.

Quelques intéressantes découvertes dans la librairie: Une version shakespearienne de Stars Wars, et des versions manga des pièces de Shakespeare.

Pour dîner, je suis allée manger un Francesinha, plat typique de la place, au restaurant Santiago, recommandé par le guide de la veille. C'est un mets inspiré du croque-monsieur, créé par un chef portugais ayant étudié en France. Il semblerait que ce chef ait été invité par un membre de sa famille à venir ouvrir un restaurant à Porto, ce qui était une opportunité à ne pas refuser. Malheureusement, après des années de vie heureuse à Paris, où la vie est libre et les jupes sont courtes, la dictature qui était en place à l'époque au Portugal a rendu cet homme bien malheureux. Dans un vain espoir de libéraliser les femmes locales, il réinterpréta donc le croque-monsieur, en y ajoutant de la saucisse, du fromage en masse, et de la sauce piquante. L'objectif était de donner chaud aux femmes, qui n'étaient pas habituées à manger épicé, et d'ainsi les encourager à se dévêtir un peu, pour se rafraîchir.

26 avril 2016: Porto

Ça n'a pas trop marché, le plat a vite été interdit aux femmes. Pas de Francesinha pour elles, c'était mal vu.

Bien évidemment, aujourd'hui, le mets est devenu très populaire et répandu au pays, et peut maintenant être apprécié des deux sexes sans problème!

C'était très bon, et ça m'a bien rempli l'estomac, en vue de tous les vins que j'allais goûter plus tard!

---

Mais avant de me diriger vers le point de rencontrer pour la visite alcoolisée, j'avais encore un peu temps, alors je suis allée prendre un café au Café Majestic, où JK Rowling allait régulièrement, à ce qu'on dit. C'est un endroit très chic, avec une décoration haut de gamme, des serveurs vêtus de vestons blancs et un menu beaucoup trop cher. Mais pour l'expérience, je me suis dit qu'un café à 4 euros, c'est pas trop pire.

J'y suis restée environ 45 minutes, puis je me suis dirigée vers la rivière, où j'ai dégusté une crème glacée au bord de l'eau, en attendant qu'il soit l'heure de la visite.

Cette visite était organisée par la même compagnie que pour les visites à pied de la veille. Elle n'était pas gratuite, celle-là, mais puisqu'on est à Porto, je me suis dit qu'il n'était pas déraisonnable de participer à une visite qui m'amènerait à goûter à différents portos, tout en découvrant l'histoire et le processus de préparation qui les entourent.

26 avril 2016: Porto

Nous avons visité 3 différents établissements, tous à Gaia, la ville de l'autre côté du pont, puisque c'est là que le vin est entreposé pour vieillir. 7 coupes de vin plus tard, j'étais de très bonne humeur.

Au dernier arrêt, j'ai recroisé Irfan. Alors évidemment, pour accompagner la discussion que nous avons eu sur la terrasse, on s'est pris un petit cocktail. 7 coupes de vin, et un pink mojito. De très très bonne humeur, vraiment.

Bref, dieu merci pour la marche de retour vers le centre de Porto. J'ai dégrisé un peu avant de rejoindre Krystle, une autre déléguée de la conférence de demain, pour souper. J'ai marché pas mal droit jusqu'au point de rencontre. (En tout cas, moi je trouvais que je marchais très droit. Peut-être que les passants que j'ai croisés auraient une autre histoire à raconter, par contre...)

Nous avons soupé au restaurant Lameiras, proche de mon auberge. Ça m'avait été recommandé par les employés de l'auberge, et ça s'est révélé encore moins cher que Bragança, où les assiettes coûtent 6.50 euros. Là, on a payé 4.50 pour une grande assiette et un breuvage!

Krystle a tenté de me convaincre de l'accompagner à un Pub Crawl ce soir. J'avais beau avoir dégrisé, je n'étais pas confiante en mes habiletés à survivre à tant plus d'alcool en si peu de temps. J'ai préféré rentrer et me reposer.

Demain, j'irai peut-être monter dans la tour pour avoir une vue d'ensemble de la ville. Ou peut-être que j'irai voir le marché, ou peut-être que j'irai marcher le long de la rivière. On verra bien!

Mon train pour Viana do Castelo ne part qu'à 16h.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article