Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Grande Fugue

Vendredi 21 juin 2013 - Lundi 24 juin 2013 (Dahner Felsenland et Landau)

24 Juin 2013 , Rédigé par la-grande-fugue

Bon, voici enfin la suite, incluant l'excursion de camping avec les collègues de Denis, et le repos bien mérité qui s'en est ensuivi.

Me voilà de nouveau à jour! Ouf!

(Mais pour combien de temps encore?)

 

Vendredi 21 juin 2013

 

-21:25-

Les Allemands me déçoivent un peu trop souvent en terme de ponctualité, ces temps-ci. Je ne sais plus quoi penser! J'ai l'impression que mon monde est tout à l'envers, avec moi à l'heure, et les Allemands en retard. 

Dans les dernières semaines, j'ai fait face aux retards des trains, de mes co-équipiers de conférence lors des meetings Skype, et là, des collègues de Denis. Le rendez-vous était à 9h à l'université ce matin, pour déterminer qui voyagerait dans la voiture de qui. Denis et moi étions parmi les premiers arrivés. Je n'ai pas regardé l'heure au moment du départ, mais il ne devait pas être loin de 10h. (Bien que c'est partiellement dû au fait que les employés de l'université devaient remplir un formulaire d'absence avant de paritr.)

EN TOUT CAS.

Une fois partis, nous avons roulé pendant environ 30 minutes, avant de s'arrêter pour une randonnée pédestre dans la région Dahner Felsenland, une grande forêt pleine de montagnes et de grands rochers. En réalité, je ne sais pas trop combien de temps ça nous a pris à s'y rendre, car évidemment, j'ai dormi dans la voiture. (Pour ma défense, j'ai eu à me lever tôt, ce matin.)

Nous avons marché longtemps dans la forêt, jusqu'en fin d'après-midi. Au début, nous semblions suivre un certain parcours, mais vers la fin, c'était un peu selon l'inspiration du moment, car les petites pancartes oranges étaient trop confuses pour qu'il vaille la peine de vraiment les suivre. Apparemment, nous étions censés manger dans un petit coin tout désigné pour ça, mais à midi, nous étions complèment à l'autre bout de la forêt (tel que nous avons pu le constater du haut de notre montagne), alors nous avons dîné là, sur la montagne, avant de replonger dans le labyrinthe de la forêt.

 

DSC08456.JPG

 

DSC08465.JPG

DSC08476.JPG

 

DSC08486.JPG

 

Nous avons quitté les lieux vers 16h, pour aller faire l'épicerie, puis ensuite rejoindre le site de camping.

La superviseure de Denis nous prête une tente pour la nuit. C'est la plus grosse tente du groupe, ça nous fait sentir pas mal importants. Par contre, nous avons eu tellement de mal à la monter... on n'a plus l'air si fin que ça.

En fait, à notre arrivée, j'étais prête à mettre en oeuvre l'un de mes meilleurs talents: regarder les autres monter la tente. Je fais vraiment très bien ça. Mais lorsqu'il s'est avéré que Denis n'avait jamais fait de camping auparavant, et qu'il n'avait donc jamais monté de tente, j'ai compris qu'il allait falloir que j'aide.

J'ai déjà fait du camping auparavant. Mais puisque j'ai toujours laissé les autres monter la tente... eh bien je faisais tout aussi dur que lui. La superviseure de Denis a finalement eu pitié de nous et est venue nous aider. Nous étions en train de faire tout à l'envers. (Normalement, on insère les longues tiges vers la fin, mais nous étions en train de les mettre en premier, car nous n'arrivions pas à faire la différence entre le plancher et le plafond, et nous nous disions qu'en mettant les tiges, ça commencerait à prendre forme et on comprendrait mieux.)

Bref, ça faisait dur. Gabriele (la superviseure) a monté toute la structure avec nous, et ensuite, il ne restait qu'à planter la tente dans le sol. Encore là, nous avons eu un peu de mal, car il n'y avait pas assez de pics pour le nombre de ganses à attacher, et il y avait plein de petites cordes à l'usage inconnu. (Finalement, les petites cordes étaient surtout pour les soirs de tempête, c'était donc inutile.)

BREF, nous avons eu l'air pas mal incompétents.

Mais maintenant que c'est derrière nous, tout va mieux.

En soirée, nous avons fait un barbeque. J'ai vraiment trop mangé. J'ai mangé trop de viande, et je me suis aussi pas mal bourrée la face dans les salades. (La salade de pâtes était à se rouler par terre. J'aimerais vraiment avoir la recette. Et bien sûr, les tomates avec fromage mozzarella mou est aussi un indispensable. C'est léger, alors je pourrais en manger infiniment.)

Il y a encore quelques trucs qui cuisent. Certains d'entre eux, je compte y goûter, même si je n'ai plus du tout faim. Il y a une genre de boule de pâte à croissant, contenant des légumes et du fromage. Ça a l'air délicieux. Il y a aussi des tomates, du fromage féta et des oignons dans du papier d'aluminium qui grillent, mais ça, je pense que quelqu'un se le réserve. Dommage, ça a l'air tout aussi délicieux.

Il y a aussi quelques petits desserts qui vont être mis sur le grill sous peu. Vraiment, mon estomac ne va pas s'en sortir indemne, ce soir.

Ça fait longtemps que je n'ai pas fait de camping. Jusqu'à maintenant, j'aime bien l'expérience. La dernière fois, par contre, j'ai ramené une énorme araignée colorée de Gaspésie. J'espère ne pas ramener de tels souvenirs à nouveau.

Sinon, tout semble aller pour l'instant. Nous avons eu un petit moment de panique en réalisant qu'il n'y avait pas de papier de toilette ici, mais par chance, un couple arrivait plus tard pour le barbeque, et le groupe les a donc appelés pour qu'ils en amènent avec eux. Nous avons de quoi survivre, maintenant.

Denis tente présentement d'expliquer à ses collègues comment jouer au loup-garou. Ça s'annonce intéressant, à voir l'expression de la plupart d'entre eux (la plupart ayant 40 ans et plus).

 

-23:30-

Ce soir, j'ai goûté à des bananes grillées sur le barbeque. Étonnamment, c'était vraiment délicieux. Je ne l'aurais pas cru, lorsqu'on m'a servi une banane à la pelure toute noircie. Mais l'intérieur goûtait comme si la banane avait été trempée dans le syrop.

Vraiment bon. 

 

Lundi 24 juin 2013

 

-14:40-

Je me suis levée en retard aujourd'hui. J'ai rêvé que je me réveillais en retard pour aller à l'école, et à mon réveil (le vrai), il était déjà l'heure d'être à la cafétéria pour manger avec les autres. J'ai dû courir, un petit peu.

Il faut croire que je suis en train de me remettre de la dernière semaine! Comme le disait André (ancien colloc et ami de Denis), il faut se reposer de nos vacances, maintenant!

Samedi, au camping, je me suis levée vers 9:30. Pour moi, c'est assez exceptionnel, mais j'étais évidemment la dernière à me lever. Tout le monde était fasciné que j'aie pu dormir aussi longtemps dans une tente, sur le sol, sans matelas.

Ah, mais vous savez, c'est un de mes grands talents, dormir. (J'y suis encore meilleure qu'à regarder les autres monter une tente, en fait.)

Bref, j'ai dû déjeuner rapidement, car les autres étaient déjà prêts à démonter les tentes et tout ranger. Nous avons un peu attendu pour démonter la nôtre, par contre, car elle était un peu humide, et il était préférable de la laisser sécher d'abord.

Il ne faisait pas très chaud. Le soleil se cachait derrière les nuages, et mes jambes dénudées trouvait ça un peu difficile. (Bien que mon orgueil de Canadienne m'empêchait de le montrer.) J'avais hâte de me retrouver entre quatre murs à nouveau.

Nous avons quitté les lieux du camping vers 11h30, et nous sommes allés au musée Dynamikum, un centre de science interactif. C'était vraiment intéressant. Même moi, pour qui la science est ce que la neige est aux Français (ou ce que l'art est à Denis), c'était enrichissant. J'ai même compris ce qu'ils expliquaient, parfois! Il y avait toujours un appareil quelconque pour expliquer chaque concept; chaque appareil exigeait que nous fassions quelque chose, qui nous amenait à comprendre le concept. Dans mes formations de ressources humaines et d'enseignement au sein d'AIESEC, j'ai appris qu'il y avait trois types d'élèves: l'auditif, le visuel, et le "do-er" (ou le "faiseur"). Ce genre de musée est vraiment génial pour les "do-ers", qui n'apprennent qu'en faisant les choses.

Nous avons quitté le musée vers 15:30, et sommes enfin rentrés à Landau en fin d'après-midi.

Nous avions si faim, Denis et moi nous sommes aussitôt fait cuire une pizza en arrivant, mais nous n'avons pas mangé davantage, car nous avions un party le soir, et apparemment, il allait y avoir de la nourriture.

Finalement, il n'y a pas eu de nourriture. Pas de repas, en tout cas. J'ai simplement mangé des chips jusqu'à plus faim.

Sinon, le party était bien. Il avait lieu chez Martin (prononcé Mar-ti-nnnn), un étudiant allemand de Landau, qui était aussi un bon ami de Veera lorsqu'elle était ici l'an dernier. (C'est grâce à elle que je connais Martin, en fait.) Il y avait pas mal de monde, mais le grenier était plutôt tranquille. J'y suis restée un bon moment, à discuter avec diverses personnes.

Avant le party, nous nous étions réunis chez Rikki (je ne sais pas comment écrire son nom, en fait), une amie de Katharina, Elena, etc. Elle vit dans les résidences, mais dans un appartement double, alors elle a un balcon. (Moi, j'avais pas ça, en tout cas!) C'est surtout là que j'ai mangé une quantité impensable de chips.

J'ai aussi bu un peu plus que d'habitude. J'avais un peu mal au coeur en me levant hier (dimanche), mais c'est surtout parce que je n'ai pas mangé convenablement samedi soir. Après avoir mangé un peu, ça a passé presque tout de suite. (Quoique si j'avais été malade chez Denis, je n'aurais pas eu à me sentir mal. Ce n'aurait été que vengeance pour la fois où il m'a fait le coup, chez moi, après le gros party de départ des étudiants étrangers l'an dernier.) (Pauvre tit... il faisait pas mal pitié ce matin-là...)

Bref, j'ai beaucoup dormi hier. Je me suis levée tard (mais je m'étais aussi couchée tard, il faut dire.) Et j'ai refait une sieste en après-midi, après le dîner, en m'endormant sur ma bande dessinée. Quand je me suis réveillée, ma bande dessinée n'était plus à côté de moi, et Denis avait pris sa place.

Eh bien, nous avions tous deux besoin de sommeil!

Alors évidemment, en soirée, je n'étais plus fatiguée du tout! Je me suis donc couchée très tard.

Et je me suis réveillée en retard ce matin.

-soupir-

Je vais probablement devoir recommencer à me mettre des alarmes le matin, pour ne pas me réveiller en après-midi. Le décalage horaire ne suffit plus à me réveiller tôt, ça fait trop longtemps que je suis ici.

C'est con, quand même. Il faut que je sois sur le décalage horaire pour me lever à des heures normales.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article